L’Ile-de-France : un territoire et ses spécificités

Ce n’est pas un hasard si l’Ile-de-France regroupe plus du tiers des FJT sur tout le territoire français.


Auvergnats, Bretons, Basques, Lorrains…, les migrations provinciales vers Paris sont anciennes. Et ce sont souvent les congrégations religieuses qui s’occupèrent de proposer un toit aux plus jeunes de ces "déplacés". On trouve ainsi à Paris la plus forte proportion de foyers d’origine religieuse, dont quelques-uns demeurent non-mixtes.

Le développement des FJT dans la banlieue parisienne se conjugue quant à lui avec l’industrialisation de l’après-guerre : il s’agissait d’offrir un toit aux jeunes, provinciaux pour la plupart, qui quittaient leur famille et leur région pour trouver du travail. Renault à Boulogne-Billancourt, Chausson et Carbone Lorraine à Gennevilliers, Simca, Talbot puis Peugeot à Poissy, l’Aérospatiale aux Mureaux, la compagnie générale des allumettes chimiques à Aubervilliers, la métallurgie à Corbeil, Dassault à Argenteuil…, le besoin en main-d’œuvre était alors très important.

Depuis, de nombreuses industries ont fermé ou se sont reconverties, et d’autres territoires ont pris leur essor, dessinant une nouvelle carte des besoins en matière de logement pour les jeunes en mobilités.

Le contexte du Grand Paris (transports) et de Paris Métropole (organisation politique et administrative) vont dans les prochaines années impacter considérablement les besoins et les opportunités.